13 Gennaio 2014

Il discorso politico antisemita di Dieudonné

shoah_ananas

Fonte:

Crif – Conseil Représentatif des Institutions Juives de France – www.crif.org

Autore:

Gérard Fellous

Le discourse politique antisemite de Dieudonné M’bala M’bala

 Derrière l’amuseur public Dieudonné, derrière le « gag » qui se veut «antisystème» de la « quenelle », derrière l’usage intensif et systématique des réseaux promotionnels sur l’Internet, se cache en réalité  un militant engagé, de son vrai nom, Dieudonné M’bala M’bala qui développe des discours politiques  violemment antisémites qu’il faut rappeler sans complaisance.

En campagnes électorales

Le masque est tombé la première fois avec le lancement, en mars 2009, au Théâtre de la Main d’Or, d’une « liste antisioniste »  conduite par Dieudonné, pour la circonscription Ile-de-France dans les élections européennes (7 juin 2009).  Il était secondé par Alain Soral qui n’avait pas obtenu d’être tête de liste du Front national en Ile-de-France, et qui quitta ce parti en février 2009 pour rejoindre le « Parti antisioniste ». Ce parti est présidé par le leader de la Communauté chiite iranienne de France, Yahia Gousmi. Les candidats inscrits sur cette liste étaient issus de groupuscules politiques allant des marges de l’extrême-droite à celles de l’extrême-gauche. Au cours de la conférence de presse de lancement de sa liste, Dieudonné accusa les « esclavagistes » du « système sioniste » de dominer la métropole. La liste de Dieudonné a reçu le soutien d’Ilich Ramirez Sanchez (Carlos, détenu pour terrorisme).

Pour l’association antiraciste MRAP, cette liste avait « recyclé les pires thèmes de l’extrême-droite, en développant des théories qui « rappellent celles des conspirationnistes de toujours ». L’Union des étudiants juifs (UEJF)  attira alors l’attention sur son « vaste programme politique haineux »

Cette liste réalisa un score de 1,30 % en Ile-de-France (36 601 voix)  avec son meilleur score de 2,83% en Seine-Saint-Denis,  et une pointe de 5,18% à Clichy-sous-Bois ( 4,92% à Stains ; 4,9 % aux Mureaux ; 4,84% à Bobigny ; 4,22% à Saint-Denis ville). À Paris, la liste antisioniste de Dieudonné a dépassé le 1,5 % dans les XIXe et XXe arrondissements.

Déjà en juin 2004, aux élections européennes, Dieudonné M’bala M’bala avait figuré sur une « Liste Euro-Palestine » à Paris. Elle obtint un score de 1,83% en Ile-de-France.,  avec un pic de 10,75% à Garges-lès-Gonesse (Val d’Oise).

Le terreau de ses diatribes politiques est ainsi constitué.

Adoubé par l’Iran des Mollahs

Les relations de M. M’bala M’bala avec le régime des mollahs iranien sont sans ambiguïté. Déjà, lors de la campagne électorale de 2009, ses amis et ses opposants avaient ouvert une polémique sur un possible financement par Téhéran.

En septembre 2011 il se rend, en famille, dans la capitale iranienne où il est longuement interviewé par la télévision officielle Sahar TV, devant laquelle il développe ses principaux thèmes politiques. Puis il enregistre à Téhéran une vidéo en aout 2013. (Images difusées par MEMRI- The middle east media and research Institut):

Antisionisme égal Antisémitisme : interviewé dans un vaste fauteuil, au coté d’un monumental portrait en pied de l’imam Khomeiny, Dieudonné M’bala M’bala  précise bien à la télévision ce qu’il entend par « sionisme » en déclarant clairement : « Le sionisme a tué le Christ. C’est le sionisme qui prétendait que Jésus est le fils d’une putain ». Ainsi, la forme nouvelle d’antisémitisme qu’est l’antisionisme est clairement énoncée.

Le second thème développé est celui du « complot sioniste/juif », et de « l’invasion » juive. Dieudonné déclare ainsi à Téhéran : «  Israël est un projet quasi terminé. Je pense qu’Israël ne survivra pas à cette décennie. Et finalement les sionistes les plus hystériques vont être obligés de se déplacer. Ils vont donc arriver en France, là où le Président de la République est un sioniste invétéré, ainsi que les médias et la plupart des institutions françaises qui sont sous contrôle des sionistes ». Il ajoute que « Paris est devenu aujourd’hui une capitale du sionisme ».  Montrant des policiers ou des militaires faisant « la quenelle », dont il refuse de donner la définition,  il prédit une « révolution prochaine en France (…) Ce serait bien qu’il y ait bientôt un coup d’État (…) c’est le chemin qui nous conduira vers la victoire » Pour Dieudonné, la France sera le premier point de repli de ces « sionistes », avant les Etats-Unis.

Le choc des civilisations : Le troisième  thème politique de Dieudonné est celui de la victoire de l’islam radical dans un choc prochain de civilisation (décrit par Huntington) face aux Juifs. Il déclare ainsi, à la télévision de Téhéran : « Les valeurs islamiques arrivent de partout dans le monde. C’est pour cela que le sionisme développe aujourd’hui une communication islamophobe : à la télévision, dans les discours politiques, pour le sionisme, l’ennemi premier de la démocratie, c’est l’islam ».

Qualifiant le sionisme/judaïsme de « science du mensonge, de haine profonde de l’humanité », Dieudonné y voit « une épreuve envoyée à l’humanité, que nous allons surmonter. Nous survivrons au sionisme », lance-t-il.

Appel aux chrétiens contre les juifs : Dans son combat fantasmatique qui trouve écho chez les mollahs, Dieudonné appelle à une alliance islam/chrétienté. Il déclare : « Dans l’islam, il y a un respect pour Jésus qui annonce la venue du prophète, du Messager ». Il lance devant les téléspectateurs iraniens : « Il faut aujourd’hui convaincre les chrétiens, comme cela se fait au Liban, de se joindre au grand mouvement islamique universel,  qui est la porte vers la liberté ».

Il prétend alors que « depuis quelques années, on assiste à une guerre médiatique ouverte contre les musulmans. La volonté est de les séparer des chrétiens ».  Sa vision obsessionnelle est que « le sionisme, partout où il arrive, tente d’abroger les valeurs morales d’un pays… Puis vient l’islam qui libère les populations qui sont de plus en plus attirées par lui ».

Prosélyte d’un islam radical : Le quatrième thème de M. M’bala M’bala est donc  que « l’heure est venue de constituer un large front contre le sionisme : les musulmans doivent tendre la main aux chrétiens ». Il avance alors que « les chrétiens sont aujourd’hui perdus ; ils doivent rejoindre l’islam ouvert, cet islam moderne qu’a lancé l’iman Khomeiny, qui est une perspective universelle qui concerne la planète tout entière, tous les continents qui se battent contre l’injustice qui a pour nom le sionisme ». Dieudonné se fait ainsi le propagandiste d’un Djihad universel. Il ne cache pas, en exhibant une écharpe que le leader « des combattants fiers du Hamas », Khaled Mechaal, lui aurait offerte personnellement « lors d’une rencontre dans la région, là-bas, chez le Hamas, aux portes d’Israël ». Il illustre ainsi son engagement politique auprès d’une organisation  qualifiée de « terroriste » par la communauté internationale.

Admiration pour les mollahs chiites : Enfin, probablement en signe de reconnaissance, et de détestation de la France,  Dieudonné M’bala M’bala, exprime son admiration pour l’Iran des mollahs, devant les téléspectateurs de la télévision officielle. Rappelant qu’en Iran, le pouvoir est bicéphale « il y a d’un côté les politiques, et de l’autre les sages, malheureusement cela n’existe pas en France ». Il en conclut que « c’est pour cela que dans ce pays, la guerre contre l’islam est devenue une priorité ». Signalant que son fils l’accompagne dans ce voyage, il ajoute que celui-ci est «  impressionné de voir un pays debout, fier et exemplaire. Nous avons besoin d’exemple, et qu’il y a une vie après le sionisme ».

Incontestablement, Dieudonné ne peut se retrancher derrière le statut d’un humoriste, ou d’un artiste, il est bel et bien un militant politique qui enfourche les formes récentes les plus virulentes de la judéophobie, constituant une menace pour la République.